Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Compte-rendu de la réunion en mairie de l’Arbresle

le 3 décembre 2011

 

Présents: Pierre-Jean ZANNETTACCI, Roland GORGERET Olivier FARGES, Jean-Claude QUENIAT, Gisèle ROMAIN

 

Sans réponse à notre courrier de juin dernier, nous rencontrons Monsieur le Maire de l’Arbresle à propos de la déviation de la RD 389. Nous l’interrogeons sur le choix du tracé fond de vallée.

 

Monsieur le Maire nous indique que le tracé retenu lui importe peu. L’Arbresle, comme Sain Bel, veulent un dés-engorgement, une vraie solution pour le développement du territoire. D’après les études du département le grand transit de passage ne concerne que 20% du trafic. Tout le reste est de la desserte locale. Il précise que le développement de la zone industrielle de la Pontchonnière ne pourra se faire qu’avec des infrastructures adaptées. Monsieur le Maire nous rappelle qu’il a pris un engagement par rapport à son électorat quand il a été élu: désengorger le centre de l’Arbresle. Le département s’est engagé, quant à lui, à trouver la meilleure solution.

 

Nous lui faisons remarquer que nous comprenons bien les problèmes de circulation de l’Arbresle mais qu'ils ne se résument pas uniquement à la rue Gabriel Péri, que beaucoup de commerces fonctionnaient auparavant le long de la N7. La circulation des poids lourds doit trouver une solution mais pas n’importe laquelle.

C'est pourquoi, précédemment à l’étude technique nous aurions aimé avoir connaissance de l’analyse des besoins. A-t- on étudié d’autres possibilités pour accéder à la Pontchonnière, sachant que si l’on dévie à l’ouest il faudra bien retraverser l’Arbresle pour accéder à la zone industrielle ? Ne peut-on pas aussi attendre l’incidence de la mise en route de l’A89 et de celle du tram train ? A-t-on réalisé une étude des impacts ?

 

Monsieur le Maire revient sur l’historique :

2008 relance par le conseil général.

2009 mise en place des comptages.

2010 choix du bureau d’études et étude de plusieurs tracés.

Janvier 2011 présentation des tracés à la CCPA.

L’accès à la Pontchonnière nous dit-il ne s’inscrit pas sur le territoire de l’Arbresle mais au niveau de la cave coopérative entre l’Arbresle et Sain Bel.

Le calendrier est fixé et la mise en route de l’A89 est postérieure à la décision.

Monsieur le Maire nous dit qu’il plaide la bonne foi du conseil Général mais nous affirme qu’à ce jour il n’a pas d’informations sur le travail réalisé par le bureau d’études, Cela nous surprend car il est quand même directement concerné.

 

L'ADEPECE aborde la question de l’inflation du coût :53 millions initialement,70 aujourd’hui, certains parlent de 100.

Monsieur le Maire répond que 70 millions d’euro ont été accordés sur ce projet-là, que sa ville est asphyxiée, qu’il y a un projet avec ses solutions et que celles-ci seront présentées.

 

L'ADEPECE remarque qu’il serait utile d’envisager toutes les possibilités pour supprimer la circulation dans l’Arbresle, voire un ensemble de solutions en adéquation avec chaque problème posé plutôt qu'un projet unique.

Monsieur le Maire nous indique que les budgets d'études s’amenuisent de plus en plus ....

 

Nous revenons sur la nécessité de ne pas faire le choix d’une unique solution pour résoudre tous les problèmes, d’adapter le réseau existant car la création d’une nouvelle voie coûte cher , son fonctionnement aussi.

Qu’en est-il de la solution Mercier avec débouché sur la nationale 7 et l’A-89 ?

Cette solution a sans doute été abandonnée pour des raisons financières.

 

Quel est le poids de la CCPA dans la décision ?

Monsieur le Maire nous indique sa volonté de ne pas voir naître d’oppositions entre les communes car le projet n’a pas abouti avec l’état, l’argent ayant été redistribué sur un projet au niveau de la ville de Givors du fait de la division. Je ne veux pas - nous dit-il que le Conseil Général aujourd’hui agisse de la même manière. Travaillons sur l’avancée d’un projet, ne donnons pas l’impression qu’on ne veut pas de déviation. C’est un projet du département, On nous consulte. Jusqu’où ira la négociation? Si l’on est divisé, le projet ne sera pas finalisé.

Monsieur le Maire nous indique que l’association est perçue comme une opposition, une obstruction à la déviation.

L'ADEPECE répond que dans la hâte et la précipitation, dans la volonté d’aboutir à tout prix il ne faut pas accepter d’investir des sommes colossales, à une heure de restrictions budgétaires, dans un choix inefficace même à court terme. Si l’on se projette dans le futur même immédiat, on peut être sceptique sur l’efficacité d’une route qui comporte 6 ronds-points sur 5 kilomètres, ronds-points à de multiples entrées, notamment au niveau de la gare.

 

L’ADEPECE ne s’oppose pas à la déviation de l’Arbresle - Sain Bel mais s’oppose à un choix qui sans résoudre le problème, le déporterait à moins de 200 mètres seulement avec des conséquences néfastes pour les habitants de Sain Bel ( divisée en 3), d’Eveux ( sans accès direct côté gare) et l’Arbresle (environnement saturé). De plus, la création d’une nouvelle voie entraîne généralement une augmentation du trafic et pour tous, des pollutions sonores, visuelles, atmosphériques supplémentaires  ... à une heure où l’on parle du Grenelle de l’Environnement et de protection de la nature.

 

Monsieur le maire nous indique que plusieurs tracés sont étudiés mais que le projet fond de vallée est sans doute plus approfondi.!!!

 

Nous parlons alors du bassin de l’Arbresle. Demain les communes proches de l’Arbresle seront absorbées... ce qui signifie que la ville sera coupée en trois, voire 4 entre la N7, la RD389, la déviation de la RD389....

Monsieur le Maire veut que sa commune vive normalement ; le canton s’est développé, concentré sur l’Arbresle. Le SCOTT impose des logements sur l’Arbresle ; en revanche les autres communes sont gênées dans leur développement ; nous, on nous impose- nous dit-il - la création de 807 logements entre 2006 et 2020, pour une augmentation de population estimée entre 1200 à 1500 personnes; on nous impose cela du fait qu’on a la gare ; on est le cœur du canton mais si le cœur meurt toutes les autres communes seront condamnées au même sort.

 

  

L'ADEPECE insiste sur le fait qu’il faut en premier lieu trouver une solution par rapport aux camions en tenant compte de l’efficacité globale du projet, de sa pérennité mais aussi des aspects humains. Les bureaux d’études eux raisonnent plus en terme de technicité et de coût.

Monsieur le Maire nous rappelle que le projet sera présenté en CCPA en janvier mais qu’il ignore totalement comment va agir le département avec les communes directement concernées. Ce qui est certain, c’est que le Conseil Général veut une solution pour la vallée de la Brévenne, la liaison Ste Foy Lentilly.

 

Nous revenons sur l’analyse des besoins qui nous semble l’étape primordiale avant l’étude technique .
Monsieur le Maire de l’Arbresle nous dit alors qu’il y a eu une réunion où les maires de l’Arbresle, Sain Bel, Eveux, Sourcieux ont exprimé leurs besoins.

Monsieur le Maire tient absolument à la réalisation du projet. Si je ne réussis pas -dit-il- ce sera l’échec de mon mandat.

Roland GORGERET fait remarquer qu’avec plus de concertation en amont, les projets aboutiraient davantage.

 

Nous faisons aussi remarquer que la construction de l’atelier de maintenance n’a sans doute pas été un bon choix si l’objectif de déviation en fond de vallée demeurait.

Monsieur le Maire indique que ce projet avait été voté en CCPA et qu’il avait dit que cela allait impacter une future déviation et des espaces pour les parkings.

 

On termine notre entretien par rapport à la position des commerçants de l’Arbresle. Monsieur le Maire nous affirme que la Présidente des Commerçants de l’Arbresle est favorable à la déviation et que seule une commerçante a dit que cette nouvelle voie allait «tuer» le commerce de l’Arbresle. Nous informons Monsieur le Maire que les commerçant défavorables à cette déviation sont bien plus nombreux.

Monsieur le Maire nous dit qu’il est mandaté par les associations et que c’est, poussé par les habitants, qu’il s’est engagé.

 

En résumé nous avons le sentiment que Monsieur le Maire veut une déviation inscrite sous son mandat – et on peut le comprendre -mais là où on ne peut le rejoindre c’est que , connaissant le terrain , il n’écarte pas le choix du projet de fond de vallée et pense que cela peut résoudre les problèmes de circulation dans l’Arbresle et Sain Bel .

 

La réunion se termine à 11h30, mariage oblige !  Nous remercions Monsieur le Maire de cet entretien.

 

 

Tag(s) : #Actions ADEPECE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :