Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Remarques sur le projet de déviation      de Madame XXXX

« Dossier de concertation » alors que la décision est déjà prise.

  II.1 Contexte de la vallée de la Brévenne

On parle de « secteur contraint par le relief et les cours d’eau et une urbanisation marquée » :abstraction totale est faite de ces contraintes, notamment page 5 ; sans légende, on veut faire croire que le terrain est plat.

« L’urbanisation est marquée » : forcément puisque le projet entre dans l’agglomération de Sain Bel notamment et fait abstraction des habitations, sous prétexte de rester proche.

« Schéma de cohérence territoriale SCOT identifie l’Arbresle comme pôle structurant historique… » :la ville de l’Arbresle est au centre, mieux, elle est posée comme un postulat. On ne comprend pas « pôle structurant historique» propose des objectifs de développements géographiques », que vient faire la démographie ici.

 

2 Contexte des déplacements

 

Dysfonctionnement page 8 : rôle central donné à l’Arbresle, les autres villes n’existent pour ainsi dire pas.

On parle de Sain Bel où la traversée est rapide mais ralentie (file de 200 mètres, d’après le texte or ça va bien au-delà) : contradictoire.

Page 9 Schéma contradictoire pour « secteur urbain évité » alors que des files se forment matin et soir pour traverser la ville justement ; le cadre à côté du schéma ne parle que de « la traversée difficile de l’Arbresle ».

Page 12 II Le contexte des nuisances routières :

« Sur le territoire, les nuisances dues au trafic…l’Arbresle » :seule la ville de l’Arbresle est concernée. Pas tous les villages traversés matin et soir.

Seule l’Arbresle est concernée par la qualité de l’air, les nuisances acoustiques, l’insécurité…

III Objectif de l’opération :

Le projet se propose de diminuer le trafic sur la RD389 dans les centres bourgs : utopique, sauf pour l’Arbresle (qui pourrait même ne plus avoir de trafic du tout...)

Utopique parce que c’est encore le règne de la voiture, puisqu’on n’intensifie pas plus le réseau de transport en commun, qui n’est pas fiable – de nombreuses panne, retards incessants… depuis le tram-train, la gare de Sain Bel qui pourrait être sortie du village et éviterait que des voitures entrent dans le centre, plus de trains et cars au terminus de Sain Bel et non de l’Arbresle, ce qui oblige certains usagers à aller à l’Arbresle pour se garer et prendre leur train pour aller à Lyon.

 

Le plus beau c’est que dans le projet, ce qui est affirmé mais non fait : « en complément de ces objectifs, le Département souhaite permettre le développement des autres modes de transport… transport en commun »

Page 14 : Principales contraintes et enjeux du territoire

Infrastructure

« Enjeux de connexions et de fluidification des itinéraires structurants du territoire » : phrase qui veut tout dire et rien dire du tout,

Et pour ce qui est de fluidifier le trafic ça reste à prouver.

Milieu physique : on parle d’inondations Mais seulement de l’Arbresle, parce que l’eau est passée à Sain Bel mais directement et n’a fait aucun dégât, à croire que l’eau était destinée à l’Arbresle uniquement.

Milieu humain : en fait de patrimoine on ne cite qu’un monument et de milieu humain proprement dit, on n’en parle pas. L’humain, c’est du décor, voilà pourquoi on ne fait pas les choses pour lui, et rendre la vie plus agréable, plus pratique… Forcément puisque l’on fait pour faire.

Pour ce qui est du milieu naturel et du paysage, encore une fois seule la ville de l’Arbresle est concernée.

V recherche d’un parti d’aménagement

V 1 Méthodologie et présentation des familles

Projet A :

Celui défendu et soutenu. Pour cela des conclusions avancées et non prouvées car ne venant pas à l’issue d’un raisonnement logique mais d’un parti pris initial : celui de faire ABSOLUMENT une « déviation »,qui n’en portera que le nom parce que ne servant à rien.

  • « Le report important du trafic sur la déviation » : elle se situera seulement à 100 mètres !

  • « Un meilleur accès aux gares » : on entre dans Sain Bel pour y accéder ; pour l’Arbresle, ça ne vaudra pas mieux…

  • « Point d’échange régulier avec l’ensemble du territoire » : explication ?

  • « Itinéraire lisible ( ?) et assure ainsi le confort des usagers. Les flux importants transitant…réduits » : contradiction, montre bien que la déviation ne résout rien.

  • La conclusion en gras : forte attractivité : de quoi, de qui ?

  • « Possibilité importante d’irrigation : de quoi, des champs ?

  • « Réponse intéressante aux objectifs » : lesquels ? Il semblerait qu’on les ait perdus de vue tellement on est englué par les arguments avancés qu’on nous matraque pour nous convaincre.

  •  

Pour les projets B C D : la conclusion se situe au départ des paragraphes, suivie pour chaque projet de toutes les raisons négatives possibles, (comme lorsque vous posez une question négative, un non sera à coup sûr votre réponse) :

Exemple : famille B : « la fonctionnalité de cette famille est modérée. La déviation ne permet de reporter qu’une faible part du trafic routier. Elle ne génère aucun potentiel d’amélioration vis-à-vis du rabattement des autocars et des automobiles sur les gares du territoire. »

D’où tiennent-ils un tel argument ? Apparemment, les routes existantes doivent disparaitre ? Elles ne permettraient plus l’accès aux gares ?

 

Page 20 - V3 Analyse des impacts potentiels et de la faisabilité technico-financière : 2èmefiltre

Ici on continue le matraquage négatif de tous les projets sauf le A.

Dans la conclusion, on dit vouloir limiter les travaux de grande envergure. Pour ça »le recours à des tunnels de grande envergure, ainsi qu’une déviation à l’écart de Sain Bel semble IRREALISTE dans le contexte économique actuel » :

Ce qui est irréaliste dans le contexte économique actuel, c’est de vouloir défendre un projet en écartant tout les inconvénients et en minimisant le coût pour le faire adopter par la population. Alors que c’est nous qui allons le financer avec nos impôts, nous qui avons élu ces personnes qui nous confisquent nos voix, qui nous confisquent la démocratie.

Suit de la page 22 à la fin : défense du projet A

On parle de concertation ?

Cela ressemble à peine à un référendum, où la décision est déjà prise et où on a le choix entre oui et non. Ici, nous n’avons aucun choix. Tout est déjà décidé.

Questions concernant les schémas :

Les exemples de schémas donnés sont tous PLATS !La vallée de la Brévenne est plate.

Prenez pour exemple la page 23 : on est dans l’illusion la plus totale. Les copies sont fortement à revoir.

Les plans proposés sont pris de tellement haut que l’on ne voit plus les particularités du relief. Alors évidemment, tout peut se faire, tout est réalisable à moindre coût tel que présenté par ces élus, qui eux aussi se situent très hauts au-dessus de nous, ne souffrent ni de difficultés économiques, ni de fins de mois difficiles ,que nous rémunérons avec nos impôts et qui n’ont de compte à rendre qu’à eux-mêmes ! Nous, nous sommes pour voter et payer, rien de plus !

Page 26 Réflexions sur l’intégration urbaine et paysagère des talus :

Dans ce paragraphe intitulé pompeusement « réflexion »on notera que celle-ci est courte, très courte, à tel point que l’on ne réfléchit sur rien : aucune précision sur l’aménagement entre L’Arbresle et Eveux, ni comment se résout la pente à forte dénivellation pour les poids lourds.

Page 31 Réflexions sur la liaison L’Arbresle –Sain Bel, dernier paragraphe :

« L’aménagement… Il parait judicieux d’appliquer un principe de séquençage permettant une modularité dans le temps » Comme phrase ne voulant rien, elle mériterait une explication.

Dans ce projet beaucoup de phrases sont ainsi insérées pour étoffer, habiller, mais sans expliquer. Ont-ils seulement un début de réponse à toutes les questions qui se posent, à toutes les incohérences contenues dans ce projet ?

Page 32 Réflexions sur la séquence Sain Bel :

1erparagraphe : « la réalisation de tout nouvel ouvrage de franchissement… » :

Ici on ne précise rien non plus. On ne sait pas où va se faire ce franchissement, bien que l’on sache que la déviation entre dans Sain Bel ! C’est pour cela sans doute que l’on dit « déviation »,le terme prend tout son sens. Apparemment, nous n’avons pas le même dictionnaire que nos élus !

On ne précise pas non plus que le franchissement de voie ferrée nécessite un ouvrage important et haut, très haut, puisqu’il doit passer au-dessus des lignes électrifiées qui sont, elles à plus de 6 mètres du sol !

2èmeparagraphe : concernant le réaménagement du carrefour, « les volumes de trafic dans la traversée de Sain Bel restent inchangés Mais  les conditions de circulation sont améliorées ».

On se demande comment on peut écrire de telles contradictions. Si cela reste inchangé, alors pourquoi le faire ? Quid de la circulation ? On a résolu quelque chose ?

3èmeparagraphe : secteur urbanisé : on préfèrerait un passage en amont plutôt qu’en aval, l’un serait-il plus urbanisé que l’autre ? Il y aurait plus de prés d’un côté que de l’autre ? Encore une étude faite à partir de photos satellites, comme cela on ne s’occupe pas des détails, c’est tellement ennuyeux les détails !

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :